De ses origines à aujourd’hui

L’HISTOIRE DE LA COMPAGNIE VOYAGER

Il était une fois une petite île des Caraïbes nommée Ouanalao, peuplée d’Amérindiens (Caraïbes, Arawaks ou Taïnos).
Découverte par Christophe Colomb en 1493, il la rebaptise Saint Barthélemy, en l’honneur de son frère Bartolomeo. Après une période suédoise (de 1785 à 1878), l’île redevient finalement française et elle est seulement peuplée au XVIIIe siècle par une quinzaine de familles descendant surtout de Normands et de Bretons. Du fait d’un sol pauvre et d’un climat très sec, l’île a peu de ressources naturelles et n’offre alors qu’un faible potentiel économique.
Dans les années 1950, impressionné par sa beauté sauvage, le richissime banquier David Rockefeller tombe amoureux de l’île et entraîne dans son sillage ses riches amis et de nombreuses célébrités de l’époque : Edmond de Rothschild, Howard Hughes, Jackie Kennedy, Rudolf Noureïev…
St Barth connaît alors un véritable essor touristique, basé sur des produits et des services de luxe destinés à répondre essentiellement à une clientèle haut de gamme.

ile-nouvelle-copie

1993

LES ORIGINES DE VOYAGER

L’idée de la création de la compagnie Voyager résulte du désir des habitants de l’île de Saint Barthélemy de disposer d’une liaison maritime moderne. En effet à l’époque, malgré son développement touristique, l’île ne dispose que de liaisons aériennes régulières très chères pour les résidents. 
Les liaisons maritimes avaient certes évolué depuis l’époque des goélettes qui transportaient passagers et animaux entre les îles des Antilles, mais seuls quelques navires à moteur peu adaptés, effectuaient la ligne entre St Barth et St Martin. Ces résidents de St Barth, bien décidés à faire évoluer leurs conditions de transport pour aller dans l’île voisine de St Martin, prennent contact avec Dieter Gust, Pdg de Construction Navale Bordeaux (CNB), le chantier français dont les grands voiliers de charter mouillaient souvent dans la rade de Gustavia. 
 
Après avoir réalisé une étude des précédents échecs commerciaux de plusieurs navires, fait un point de la situation existante et de son potentiel de développement, il est décidé de lancer le projet d’un monocoque moderne en aluminium de taille intermédiaire (24 mètres) de 110 places, plus adapté à la demande des résidents et des touristes.
 
Pour maximiser les chances de succès, il est décidé de confier l’architecture du navire à passagers à l’expérimenté Philippe Subrero (cabinet Mer & Design), qui dessine déjà avec succès de nombreux navires similaires. 
Le projet prenant forme, il est présenté à un groupe d’investisseurs français issus de la grande distribution (mais impliqués dans le tourisme maritime dans le cadre de loi de défiscalisation). Ils sont immédiatement intéressés à la fois par les perspectives de développement touristique ainsi que par le fort intérêt suscité par la population locale, traditionnellement tournée vers la mer, et qui voudrait enfin avoir SON BATEAU.

dscn0221

1994

VOYAGER EST NE !




Un soir, alors que le navire est déjà en construction, Dieter Gust (Didi) débarque brusquement dans le bureau de Jean Claude Latournerie, son DAF (Directeur Administratif et Financier) de CNB en lui disant : “Ca y est, j’ai trouvé le nom de la petite compagnie pour St Barth, c’est VOYAGER” Devant le peu d’enthousiasme de Jean Claude, Dieter essaie de le persuader du bien fondé de son idée : “VOYAGER c’est très bien car le nom est déjà connu (sonde spatiale Voyager 1 et 2), il inspire la notion de transport et sonne bien en français et en anglais (pour les clients américains). A l’époque, Jean Claude et Didi ne se doutaient pas que les Saint Barth allaient renommer affectueusement leur bateau quelques années plus tard, “Le Voyager” !
 
Alors que la livraison de Voyager 1 approche, un accord de commercialisation des navires Voyager est signé avec Lila Rosen de Dockside Management, qui gère déjà le navire White Octopus (depuis Philipsburg et Oyster Pond) sur la ligne vers St Barth.
 
Après une dizaine de mois de construction dans le chantier CNB, la navire Voyager 1 est lancé à Bordeaux dans la Garonne, où il effectue ses premiers essais. Il rejoint par ses propres moyens le port de Montoir à Nantes pour embarquer sur un navire transocéanique pour relier St Martin fin décembre.

carte-sbh-coeur-768x694

1995

LANCEMENT DE L’EXPLOITATION DE VOYAGER 1 !

Le 3 janvier 1995 au petit matin, c’est l’évènement local : 90 passagers se pressent au port de Marigot pour monter dans le nouveau ferry Voyager 1 et passer la journée à St Barth. Les équipes commerciales travaillant sous la houlette de Lila Rosen (Lou, Corinne et Philippe) ont bien fait leur travail… Et Voyager 1 effectue avec succès son premier voyage inaugural entre les îles de St Martin et St Barthélemy. 
 
Dès les premiers mois, Voyager 1 devient la nouvelle référence en matière de vitesse et de confort et la compagnie gagne rapidement des parts de marché, ce qui entraîne l’arrêt au bout de quelques semaines des navires existants.
L’important succès que connaît d’entrée Voyager 1, incite la compagnie Voyager décide à lancer la construction chez CNB d’un catamaran plus grand Voyager 2.

Le 4 septembre 1995, l’équipage de Voyager 1 composé de Joseph et Frédéric (et leur capitaine d’armement Richard) se distinguent par leur excellent travail et par leur courage. Le navire résiste bien dans le lagon de St Martin, au cyclone Luis (catégorie 5) qui dévaste les Iles du Nord… C’est d’ailleurs Voyager 1 qui amènera les premiers secours à l’île de St Barthélemy

img_4510-2

1996

ARRIVEE DU CATAMARAN VOYAGER 2

En février 1996, le catamaran Voyager 2, qui démarre son exploitation en partie hollandaise à Philipsburg (en remplacement du White Octopus), démontre d’entrée ses qualités marines, même en cas de mer agitée. Il permet aux passagers d’obtenir plus d’espace et à la compagnie d’avoir une capacité plus grande.
 
Jean Claude Latournerie est nommé à la direction de Voyager afin de réorganiser la compagnie après la crise touristique liée au passage du cyclone Luis, puis la développer progressivement avec ses deux navires Voyager1 et Voyager 2.

L’arrivée des navires Voyager 1 et 2 à St Martin et St Barth a eu localement un impact économique important et constitue un bon exemple de défiscalisation réussi dans les Antilles françaises

voyager-ii-port-de-marigot

1997

2ÈME ROTATION PAR JOUR

 
Un partenariat est mis en place avec l’agent Dani Siau à St Barth et Voyager 1 est désormais basé à St Barth pour proposer des horaires plus adaptés aux résidents de l’île (comme ils le souhaitaient lors du lancement du projet). Une 2eme rotation est mise en place pour permettre aussi aux touristes de passer la journée à St Barth
Certains jours de la semaine, un voyage vers l’île voisine de Saba est organisée.
 
L’action efficace de Dany fait gagner à Voyager le coeur des habitants de St Barth qui surnomme affectueusement la compagnie: “Le Voyager”.

2001

NOUVELLE BASE À OYSTER POND

La compagnie Voyager, ayant été fortement impactée par la crise touristique à St Martin et St Barth qui a fait suite aux  passages des cyclones Luis (1995) et Lenny (1999), les départs depuis Philipsburg et à destination de Saba ont été supprimés par manque de clients. 
Il est décidé de donner un nouvel élan à Voyager en lançant un nouveau départ un jour par semaine vers St Barth depuis Oyster Pond, en plus de celui depuis Marigot.

img_4116

2006

3ÈME ROTATION PAR JOUR

Une 3eme rotation par jour (en milieu de journée) est instaurée depuis Oyster Pond vers St Barth pour faciliter les connexions des passagers en connexion avec leur vol internationaux vers l’Europe ou l’Amérique. 

2009-2010

UN CATAMARAN HYDROFOIL EN PROJET

Jean Claude Latournerie a pris conscience que le transport de passagers a évolué et qu’il faut faire passer un nouveau cap à la compagnie Voyager. Une étude comparative est lancée dans le plus grand secret en 2009, pour étudier les meilleurs navires à passagers dans le monde. 

La solution d’un catamaran hydrofoil de dernière génération paraît l’option la plus séduisante pour des raisons écologiques et économiques, et une campagne de tests en bassin de carène avec une maquette sont organisés à Nantes, pour valider les premiers calculs théoriques.

Fin 2010, le projet est signé entre Voyager et ses partenaires habituels CNB et Mer & Design. Le projet prévoit l’intervention spéciale d’un designer pour se démarquer des navires à passagers traditionnels. L’objectif du design de ce ferry est de susciter immédiatement un effet “wow”, parce les St Barth et Saint Martinois méritent que LEUR ferry soit aussi beau que les magnifiques megayachts qui visitent la rade de St Barth…
Un matin, alors que Jean Claude découvre sur son ordinateur le dessin du projet secret, le petit Yanis, fils de Nathalie qui travaille au bureau de Marigot, se glisse derrière lui, entrevoit le dessin du bateau et dit : “Il est beau, si ça pouvait être le nouveau Voyager…” Jean Claude comprend de suite que l’effet “wow” recherché est atteint et le valide dans la foulée !

Les équipes techniques de Voyager (marins, fournisseurs locaux) sont informées et invitées à participer en toute discrétion aux spécifications du projet pour le rendre le plus fiable et efficace possible. Toutes les équipes sont impliquées y compris le personnel commercial qui intervient pour sa part sur l’agencement et la écoration intérieured. L’appropriation du projet par les employés de Voyager est visiblement réussie puisque l’autre fils Yael de Nathalie dira un jour aux touristes venus se renseigner sur le port : “Vous pouvez réserver, c’est le bateau de Maman !”

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 037-open-1024x650.jpg.

Le nom VOYAGER3 DREAMLINER est finalement retenu, signe d’appartenance à sa famille (Voyager 1, 2 et 3) et de modernité (Dreamliner). De nos jours, de nombreux clients l’ont aussi adopté et disent souvent: “Il part quand LE Dreamliner ?)

2011

LE FERRY DESIGN VOYAGER3 DREAMLINER EST ARRIVÉ AUX ANTILLES

Après avoir développé le projet en secret, puis en petit comité, Voyager organise à St Martin en juin 2011 une conférence de presse pour annoncer l’arrivée prochaine du nouveau navire. Bien aidé par Didi et à la façon Steve Job (“ceci est une révolution”), Jean Claude annonce sa révolution dans le transport de passagers entre St Martin et St Barth à une salle surprise par l’intérêt et la beauté du projet. 


Jean Claude annonce à cette occasion deux autres nouveautés : 

Le ferry disposera d’une confortable cabine panoramique Business Class, 

L’idée de la création de cette cabine est venue du Stelios Haji-Ioannou, fondateur Easyjet… Et client de Voyager ! En effet, Stelios préfère le bateau à l’avion pour aller à st Barth pour des raisons de sécurité, il indique à Jean Claude qu’une cabine plus confortable plairait sans doute à la clientèle haut de gamme de St Barth et propose même à Jean Claude de participer au financement.

Les clients pourront voter sur les médias sociaux entre 3 décorations extérieures différentes du ferry qu’il présente… C’est finalement la décoration qui correspond le plus au précédent code couleur de Voyager qui est retenue avec 95% des votes.

Le 2 novembre 2011, Jean Claude découvre le navire design juste avant sa mise à l’eau dans la Garonne, à Bordeaux. Si le design du navire est clairement futuriste, on reconnaît néanmoins à sa décoration extérieure son air de famille avec les précédents navires.

Après essais, VOYAGER3 DREAMLINER rejoint le Havre, pour être chargé sur un porte conteneur avant de traverser l’Atlantique. Débarqué à Philipsburg, VOYAGER3 DREAMLINER est baptisé dans le port de Gustavia le 5 décembre 2005 avec pour marraine, une jeune élève douée de St Barth, symbole pour l’équipe du Voyager de l’avenir radieux de St Barth.

Lire l’article du journal de St Barth
article-journal-de-st-barth-le-6-avril-2011-2

2012

VOYAGER DEVIENT LEADER ENTRE ST MARTIN ET ST BARTH !

La révolution annoncée en 2011 par son dirigeant a bien lieu comme prévu… 
Porté par son image design et écologique, et ses performances alliant vitesse et confort, le nouveau catamaran hydrofoil permet à la “petite” compagnie maritime Voyager de doubler son nombre de voyageurs, et de se hisser à la première place des compagnies qui transportent des passagers entre St Martin et St Barth, devant les compagnies aériennes !

034-v3d-belle-lumiere

2014

L’ÉQUIPAGE DE VOYAGER SAUVE 3 PERSONNES !

La compagnie Voyager ne se contente pas d’assurer la continuité territoriale entre les îles en basant un bateau à St Barth… Voyager s’implique dans la vie locale en proposant des excursions spéciales vers d’autres destinations (Saba, Anguilla, Pinel, St Kitts) ou des tarifs spéciaux pour les associations qui circulent entre les îles. 

Voyager incite aussi les touristes à consommer local en proposant des formules de visite incluant des prestations complémentaires comme le repas, une visite en taxi ou location de véhicule, un transfert aéroport, etc…

Voyager participe activement aux opérations de secours en mer. Au delà des opérations de premiers secours réalisées à chaque fois lors des passages de cyclones majeurs, les équipages de Voyager interviennent régulièrement en mer par solidarité (plusieurs dizaines de fois par an). Le 28 janvier 2014, nos efforts ont été récompensés par le sauvetage de 3 personnes, en danger immédiat juste avant la nuit, d’un petit avion qui s’était abîmé en mer après son décollage de St Martin Grand Case…  Bravo encore à Jeff et Daniel pour leur courage et leur détermination !

SAUVETAGE : des vrais miraculés…

2015 – 2016

100 000 VOYAGEURS PAR AN !



En 2015, l’équipe de Voyager décide de mettre en place un système de réservation électronique “Zenith”, inspiré de du secteur aérien, et destiné à faciliter le voyage des passagers, depuis la réservation jusqu’à l’embarquement à bord des ferries.
Une nouvelle classe tarifaire intermédiaire “Smart” est créée, procurant des services supplémentaires dont le Wifi à bord.

Cette volonté permanente de faire évoluer ses services pour améliorer l’expérience client permet à Voyager d’atteindre en 2015, pour la première fois depuis sa création, 100 000 voyageurs par an !
D’autres nouveautés vont suivre en 2016 avec le lancement d’un nouveau site internet et la création d’un blog.

100 000 Voyageurs !!
v3d-depart-marigot

2019 – 2021

VOYAGER FETE SES 25 ANS !
TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET TRANSFORMATION DIGITALE

Malgré les crises touristiques liées au passage du cyclone majeur Irma en 2017, puis à la crise sanitaire Covid-19 en 2020/2021, l’équipe de Voyager poursuit ses efforts pour relancer l’activité, assurer la transition écologique et améliorer l’expérience client : refonte du site internet, nouvelle navette aéroport, possibilité de compensation co2, lancement de nouvelles formules de visite originales…

homepage-nouveau-site

BEAUCOUP DE CONCURRENCE DEPUIS 1995…

Depuis 1995, de nombreuses compagnies et près de 25 navires (17 bateaux à moteur et 8 voiliers) se sont essayés à la ligne entre Saint Martin/Sint Maarten et St Barthélemy… Sans toujours rencontrer le succès escompté. Voici une liste non exhaustive :

Avant 1995, les échecs commerciaux des navires Galatea de la Cogedom (1993, devenu par la suite Maria Galanta en Guadeloupe), Princess ou Martini Bianco avaient servi de leçon à Voyager pour mieux préparer son propre projet.

A l’arrivée de Voyager 1 fin 1994, 4 bateaux effectuent régulièrement la ligne sont Dauphin 2, St Barth Express, White Octopus et Edge 1 :

– Suite à l’arrivée de Voyager 1, l’armement Lizé va retirer rapidement le Dauphin 2. 
– L’armement Huguet va remplacer le St Barth Express début 1995 par le Gustavia Express (après avoir tenté en 1994 de lancer le Spider). Le Gustavia Express (jusqu’en 2002) puis Gustavia Express 2 poursuivront la ligne quelques années sous différentes entités, avant de stopper l’exploitation en 2004.
– Le catamaran White Octopus va être remplacé à Philipsburg (Bobby’s Marina) par le Voyager2 après l’accord passé entre Voyager et Lilia Rosen (qui va assurer la commercialisation de Voyager pendant plusieurs années). 
– Les navires Edge 1 suivi par Edge 2 vont continuer à assurer depuis Pelican (St Maarten) des voyages vers Saba et ponctuellement vers St Barth.

Quelques petits ferries seront successivement exploités entre St Martin et St Barth, avant de s’arrêter :

1997 : St Barth jet Ferry 
2000 : Wapayou
2007 à 2009 : la société Rapid Explorer va exploiter 5 catamarans à moteur de 2007 à 2009
de 2010 à 2011 : Navegante
de 2010 à 2018 : Shantiwa

Un grand merci !

VOYAGER A DÉJÀ 25 ANS : UNE BELLE AVENTURE HUMAINE !

En mer ou à terre, membres du personnel navigant ou du personnel sédentaire, les femmes et les hommes de Voyager sont à votre service toute l’année. Depuis 25 ans. Ce sont eux avant tout qui  œuvrent 7 jours sur 7 à la réussite de la compagnie et à la satisfaction de ses clients.

Comme il n’est pas possible de citer toutes les personnes qui ont contribué aux 25 ans de Voyager, que ceux qui ont joué leur rôle mais que nous ne pouvons pas citer nous pardonnent…

Tout d’abord, nous tenons à remercier tous nos clients pour la confiance qu’ils nous témoignent, pour leur compréhension des consignes de sécurité et leur patience lorsque nous n’étions pas parfaits. Merci également pour la qualité de nos échanges et votre bonne humeur qui enchantent nos relations depuis toutes ces années. Nous avons une chance inestimable d’avoir des clients adorables et bienveillants et nous sommes fiers d’avoir atteint avec vous 2 millions de passagers et parcouru plus de 20 fois le tour de la terre !

Ensuite, comment ne pas évoquer ceux qui ont lancé la compagnie maritime : Dieter, Gilles, Michel, Hilaire et les autres… Nous vous devons un grand merci car vous avez osé, vous vous êtes pleinement investis et permis ainsi le développement durable de nos îles.

screenshot-2021-10-14-at-16-24-40

L’histoire de Voyager c’est avant tout celle de femmes et d’hommes motivés à proposer un service sérieux, et sur lequel on peut compter même dans les moments difficiles dans nos îles. Nous continuerons donc par les employés de la compagnie qui ont permis d’assurer un service de tous les jours :

A terre :
Les expérimentées et “historiques” : Mireille, Nathalie, Anais
Plus récemment entrées dans la compagnie (mais qui assurent !) : Liscaira, Audrey
Elles sont parties de Voyager mais l’ont marqué par leur longue présence, leur bonne humeur et la qualité de leur travail de tous les jours : Dany, Alene, Sandra, Anne Sophie, Fanfan…

En mer : la liste des marins est longue depuis 25 ans…
Les actuels : Roberto, Daniel, Emroll, Lucas…
Les anciens qui ont assurés pendant longtemps : Frédéric, Yvon, Hervé et Marco, Pierre, Pascal…

pngtree-air-plane-flight-route-with_4230917

Une mention spéciale à des intervenants extérieurs (mais qui ont joué un rôle déterminant) : 

– Dans le domaine commercial à St Martin avec Lila & Lou & Lorna & Brigitte, Corinne & Philippe, et en métropole Grégoire E toujours au Zenith, Grégoire L & Gaël pour leur aide digitale, Hervé pour ses conseils maritimes avisés.

– Les constructeurs Pierre et Taieb, l’architecte Philippe, les partenaires techniques avec the “Mendol family”, Erwan & Vincent & Thierry & Xavier, Claude, Antoine & André, François et Hanke pour leur sécurité, Natalia & Christian pour leur énergie, Jean Louis pour ses interventions efficaces et rapides, l’expérimenté Prince, 

– Les partenaires à St Barth : René lise et Jeanne pour leur soutien, Vincent toujours au courant, Laurent et ses idées électriques, Marine pour son dynamisme, Aurélie et the “Bonneau family” pour leur amitié, Abigael & Pierrette & Didier pour leurs infos clairvoyantes et inspirations.

merci





– Les partenaires commerciaux à St Martin et St Maarten : les efficaces Béatrice & Christophe, Anolan, Teddy, Brenda & Christine, Ali, Florence pour ses infos, Daniel & Alain qui impriment vite, le sage Ricardo comme une image, l’expérience de George à Phb,

– Sur les pontons des ports et Marina : Bruno & Ernest & Albéric pour leur relation durable, Daniel pour sa bonne humeur quotidienne, Jean Claude le sauveteur, Laurent et Stéphane les  voileux…

– Nous ne les avons pas oubliés, même s’ils nous ont quittés trop tôt : Joseph Corlobe l’un de nos premiers Capitaines, Serge Mesnières notre fidèle client du premier voyage en 1995, Serge Huguet pour son bon esprit, Jo pour son aide sur le quai, Tall boy et Dominique Larrouturou pour leurs bonnes relations, Albéric Cocks pour sa gentillesse,  Jean Marc Poisson pour son travail rapide et sérieux, Jean Farnarier pour son assurance, Le communicant Alain, Yves Blanchet l’aviateur, l’expert Jean Charles Pujol, Jean Pierre Papeix pour son dévouement pour le monde de la mer, Guillaume Llobregat le navigateur, Captain Oliver le précurseur…

montage-v3